CBR ExclusivesMOVIE NEWS

Comment X-Men: La série animée a changé l'origine de Phoenix

Bienvenue à la soixante-seizième tranche de Adventure (s) Time, qui présente des héros animés du passé. Cette semaine, nous allons au-delà du prélude et allons droit au but. Nous allons examiner la première apparition du Phénix en dehors des bandes dessinées, ainsi que l'inspiration des comics pour le scénario.

“Phoenix Saga – Part I: Sacrifice”, qui fera ses débuts le 5 septembre 1994, provient de l'écrivain Michael Edens, responsable de X-Men: La série animée ' les épisodes les plus forts. L'inspiration vient de Uncanny X-Men N ° 97 à 100 (février à août 1976). Ce sont les premiers moments de l’équipe Chris Claremont / Dave Cockrum, les créateurs responsables d’une grande partie du contenu encore exploité par les bandes dessinées et les films.

L'épisode s'ouvre sur le professeur Xavier, hanté par des images de vaisseaux extraterrestres en guerre. Cette séquence est clairement inspirée par l’ouverture de Uncanny X-Men # 97.

Dans la série animée, Xavier ordonne aux X-Men de se faufiler à bord de la station spatiale Eagle One. Ils sont bientôt attaqués par Erik le Rouge, un émissaire de l’étranger Shi’ar.

Pas vraiment tout des X-Men sont ici. Jubilee reçoit l'ordre de rester à la maison avec Storm (aucune aventure spatiale pour cet adolescent), ce qui est compréhensible. Rogue, cependant, manque avec seulement une explication vague. Si vous y réfléchissez, elle a manquer cette partie de l'histoire. Les pouvoirs de Rogue élimineraient totalement le rôle de Jean dans l’apogée de l’épisode. Elle est invulnérable et peut absorber la psyché de quelqu'un – rien ne justifie le sacrifice héroïque de Jean avec Rogue.

Bizarrement, dans les bandes dessinées, la réponse de Xavier à ses cauchemars est de prendre des vacances. Les X-Men le renvoient consciencieusement à l'aéroport JFK, et ce est ce qui conduit à la confrontation Erik le Rouge dans le matériau source. Et il a amené Havok et Polaris avec un lavage de cerveau!

La façon dont les X-Men se retrouvent dans l’espace de la bande dessinée est bien plus compliquée. Il s'agit d'un complot anti-mutant, la toute première incarnation du Hellfire Club, des Sentinels, d'un S.H.I.E.L.D. la plate-forme en orbite, les doublons de robot de l'équipe d'origine et l'amitié de Xavier avec le personnage récurrent de Claremont, Peter Corbeau. Corbeau est également ici dans l'adaptation animée. Regarder les X-Men se faufiler dans son vaisseau spatial, l'Eagle One, est assez amusant.

Comme nous le verrons dans les semaines à venir, le dessin humoristique présente l’avantage de savoir où l’histoire se déroule. Chris Claremont et Dave Cockrum n'avaient pas de plan complexe; ils venaient juste de raconter une histoire cool pour chaque problème spécifique. L'adaptation animée, cependant, ne permet pas de digressions. Ils savent que cet arc raconte l'histoire de la transformation de Jean Grey, c'est donc ce qu'ils font.

Dans l'adaptation, les X-Men sauvent l'équipe d'Eric the Red de Corbeau. Eagle One est détruit pendant leur combat, cependant. Ils s'échappent dans une navette lorsqu'un avion extraterrestre émerge d'un trou de ver à proximité. Afin de protéger la navette des radiations, Jean Gray entoure l’engin d’un champ de télékinésie. Elle pilote la navette Starcore sur Terre. Lorsque le bouclier faiblit, elle crie de douleur.

Les comics prennent quatre questions pour accomplir ce que le dessin animé fait en vingt minutes. Compte tenu du calendrier bimensuel du livre à ce moment-là, il reste huit mois avant que Jean ne pilote la navette. Ici, c’est la bataille contre le robot Doppelgangers X-Men qui détruit le vaisseau spatial. Les X-Men s'échappent avec Corbeau dans la navette … après que Jean ait apparemment assassiné l'anti-mutant bigot Stephen Lang.

Il est important de se rappeler qu'il y a un maniaque l'énergie à ces questions. Si Claremont avait plus de temps pour bien réfléchir, cela ne se serait probablement pas produit. En fait, Claremont a abordé toutes ces questions lorsqu’elles ont été réimprimées dans le X-Men classique séries. Jean est moins un tueur dans la séquence réimprimée. (Dave Cockrum a dessiné plusieurs des nouvelles pages. Dans ce numéro, toutefois, il s'agit de James Sherman.)

Non pas que Lang se débrouille …

Alors, comment les X-Men échappent-ils dans le matériau source? Eh bien, le pilote automatique est détruit et une éruption solaire imminente va tuer le pilote sous l'effet des radiations. Face aux objections de l'équipe, Jean se porte volontaire pour piloter la navette et la ramener sur Terre. (Sa télépathie lui permet de savoir comment piloter l’engin et elle espère que sa télékinésie la protégera des radiations.)

Ce qui suit est une séquence qui a été revisitée, retravaillée et réinventée d'innombrables fois. Jean est baigné de radiations, symbolisé par un effet sonore “TAC, TAC”. Alors qu'elle meurt apparemment, elle appelle le nom de Scott. Même après toutes ces années, tous les retours en arrière, cela reste une séquence puissante.

PAGE SUIVANTE: Comment Chris Claremont a enveloppé un fil de trame X-Men

Les fans de Star Wars peuvent-ils se sentir «satisfaits» de l'épisode IX?

Tags

Related Articles

One Comment

  1. Amazing… amazing… amazing…
    i thing X-men is very interesting movie…
    i realy like this
    x-men movies is one of the best movies in the world

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Close
Close